Passer une journée de travail dans son fauteuil de bureau est généralement synonyme de :

  1. boire beaucoup de café
  2. demeurer assis durant de longues heures

Deux conséquences notables à cela, vous risquez d’être surexcité à cause de la caféine, mais surtout, vous pourriez mettre le bas de votre dos en péril avec cette situation de station assise prolongée pouvant mettre sous tension la colonne vertébrale.

Et j’insiste là sur l’usage de la forme conditionnelle, car soyons clair sur ce point : ce n’est pas parce que vous passez vos journées assises que vous allez fatalement souffrir de maux de dos.

La littérature scientifique à l’heure actuelle ne nous permet pas d’établir la corrélation, même si on s’entend, être assis dans une mauvaise posture sur une mauvaise chaise peut en théorie augmenter vos risques de maux de dos.

J’ai déjà parlé en détail d’ergonomie au travail ainsi que des différents gestes de prévention qui doivent être votre pilier central de prévention, pilier autour duquel vous allez établir un environnement qui laisse le moins de risque possible aux douleurs lombaires.

Ce que j’entends par environnement de travail favorable, ce sont tous ces nouveaux outils tels que le bureau assis debout (dont nous avons déjà parlé) ou encore le fauteuil ergonomique dont nous allons parler aujourd’hui.

Quel que soit votre environnement de travail actuel, vous devez vous poser ces quelques questions afin d’en juger la qualité :

  • votre surface de travail est-elle suffisamment grande pour contenir tout l’équipement, le papier, etc. nécessaires ?
  • pouvez-vous atteindre confortablement tout l’équipement et le papier dont vous avez besoin ?
  • votre siège est-il adapté ? Est-il stable ? Est-il confortable ?
  • le bas de votre dos est-il soutenu par un dossier ?
  • vos avant-bras sont-ils horizontaux ?
  • vos yeux pointent-ils à la même hauteur que le haut de votre moniteur ?
  • vos pieds sont-ils à plat au sol (ou sur un repose-pieds) ?

Si la réponse à la plupart de ces questions d’ergonomie basique est non, alors l’investissement dans un nouveau fauteuil qui peut valoir la peine.

Le fauteuil ergonomique a t-il réellement des bienfaits ?

C’est une bonne question.

Nous sommes tous différents et atteints différemment par les facteurs susceptibles de développer des maux de dos :

  • présence ou non s’une surcharge pondérale
  • certains sont sédentaires, d’autres actifs
  • notre génétique n’est certainement pas la même
  • etc..

Une chaise (ergonomique ou non) va offrir une expérience différente d’une personne à l’autre.

Ce qui est sûr, c’est qu’un mode de vie excessivement sédentaire est dangereux. À l’inverse, faire beaucoup de sport ne contre-balance pas nécessairement les conséquences de rester assis longtemps (tout comme faire beaucoup de sport ne contrerait pas les effets nocifs de la cigarette, bien que ces derniers soient plus graves que de rester assis longtemps, mais passons).

Toujours est-il que pour beaucoup d’entre nous, s’asseoir est inévitable : trajet en voiture, travail, repas, etc. font qu’on peut passer un bon paquet de temps assis.

Alors, que faire contre ?

On peut commencer par faire des pauses, c’est un excellent départ, avant même de considérer toute dépense dans du matériel à la pointe de l’ergonomie.

D’autant que l’importance des fauteuils ergonomiques de travail est sans doute exagérée.

Il n’existe tout simplement pas de chaise parfaite, le fait est que notre corps n’est à l’aise dans aucune position prolongée durant des heures sans interruption.

Le problème n’est pas tant la position dans laquelle se trouve votre corps, mais plutôt le manque de mouvement, d’effort et de variété de stimulation, ce qu’aucune configuration à l’heure actuelle ne peut résoudre (hormis peut être la solution du standing desk avec tapis de marche…)

La meilleure solution réside peut être simplement dans l’utilisation de deux ou trois chaises simples, mais différentes, utilisées en combinaison ou conjointement avec un coussin type Disc-O-Sit qui vous plonge en situation d’instabilité et donc, de mouvement perpétuel (c’est sur ce même concept que surf les très à la mode chaise swiss ball qui fleurissent dans les locaux branchés, nous y reviendrons).

Évidemment, la solution d’alterner plusieurs assises n’est pas réalisable dans les bureaux de votre employeur, à moins que vous ne bossiez dans ce genre de startup où personne n’a un bureau attitré et où il existe différents coins avec différents types de chaise (traditionnels, tabourets de bar, poufs en tout genre, chaises suspendues, bureaux debout et j’en passe). Ce n’est pas si bête (et même loin de là) dans la conception, parce que cela pousse selon moi les employés à être en perpétuel mouvement (peut être moins bon pour la productivité, quoi qu’au final, si cela peut prévenir de maux de dos chroniques, l’entreprise y gagne sur le long terme).

,Mais bref, le fait est qu’avoir une bonne chose de bureau est tout de même un facteur important à prendre en compte, marketing ou non. Si vous avez les moyens de l’investissement, vous pouvez y aller sans avoir peur de regretter.

Les chaises ergonomiques, complot du marketing ?

Évidemment, des gurus de l’ergonomie sont payés dans le monde pour résoudre l’équation de la station assise prolongée. Ces ergonomes ou ingénieurs travaillent d’arrache-pied pour mettre les gens dans les meilleures dispositions possible à leur poste.

Leur problématique est la suivante :comment minimiser les conséquences de longues heures de travail assises tout en “agrippant” les gens dans leur fauteuil pour qu’ils continuent de travailler ?“.

On peut donc voir l’ergonomie moderne du poste de travail comme un complot d’entreprise, car si je vous dis que la problématique est la suivante : “comment contrer la position assise prolongée ?”, la réponse devient évidente !

Même un enfant de CM2 peut la trouver : lève-toi et marche !

Cela ne veut pas dire que l’ergonomie est inutile ou triviale, car même si vous vous levez 50 fois par jour pour aller faire le tour des bureaux, dire bonjour à Michel de la compta ou prendre un café, une mauvaise position de votre moniteur pourra avoir des effets néfastes.

Mais il s’agit comme souvent de remettre les choses en perspective.

Aucune chaise ou aucun poste de travail informatique, aussi confortable soit-il, ne peut vous protéger du danger que représentent des heures d’assise par jour. La seule véritable “disposition” ergonomique des postes de travail est de s’en libérer régulièrement. Vous devez avoir une relation d’aller-retour avec votre poste de travail.

Ce qu’il faut retenir ici : faites des micros pauses régulières pour éviter d’être coincé dans une position au travail trop longtemps.

Maintenant il y a quelque chose que l’on oublie trop souvent, c’est que se promener dans le bureau ne donne pas vraiment beaucoup à faire aux muscles de votre dos. La photocopie n’est pas vraiment un grand défi musculo-squelettique. Aller aux toilettes n’est pas de l’exercice.

Tout mouvement est évidemment bon à prendre, dédiez 5 à 10 minutes par heure assise à pratiquer quelques mouvements d’étirements ou de sollicitation de votre dos. Ne serait-ce que de vous lever et de vous pencher pour toucher vos orteils une vingtaine de fois par heure peut suffire pour contre-balancer les effets de l’assise prolongée.

Voici de bonnes ressources pour vous :

Les différents types de fauteuils de bureau ergonomiques sur le marché

Il existe de nombreux types de chaises ergonomiques de bureau, nous allons ici tâcher de faire le tour de toutes les solutions.

Commençons par citer les critères que vous devez absolument rechercher dans une bonne chaise de bureau ergonomique :

  • Hauteur d’assise facilement réglable par un levier de réglage pneumatique. Cela permettra d’avoir les pieds à plat sur le sol, avec les cuisses horizontales et les bras à la même hauteur que le bureau.
  • Largeur et profondeur d’assise confortable. La profondeur doit être suffisante pour que l’utilisateur puisse s’asseoir le dos contre le dossier du fauteuil de bureau ergonomique en laissant de l’espace entre le dossier des genoux et le siège du fauteuil. L’inclinaison avant ou arrière du siège doit pouvoir être réglable.
  • Bon soutien lombaire : le soutien du bas du dos dans un fauteuil ergonomique est très important. La colonne lombaire a une courbure vers l’intérieur, et le fait de rester assis pendant de longues périodes sans soutien pour cette courbure tend à conduire à s’affaler (ce qui aplatit la courbe naturelle) et à solliciter les structures de la colonne vertébrale inférieure.
  • Dossier large qui doit lui aussi pouvoir soutenir la courbe naturelle de la colonne vertébrale, en accordant une attention particulière au soutien de la région lombaire.
  • Le matériau de l’assise et du dossier de la chaise de bureau doit être suffisamment rembourré pour permettre une assise confortable pendant de longues périodes de temps.
  • Les accoudoirs des fauteuils de bureau doivent être présents et réglables. Ils doivent permettre aux bras de l’utilisateur de reposer confortablement et aux épaules d’être détendues. Les coudes et les avant-bras doivent reposer légèrement et l’avant-bras ne doit pas être sur l’accoudoir pendant la frappe au clavier.
  • N’importe quel style conventionnel ou fauteuil ergonomique doit pouvoir pivoter facilement pour que l’utilisateur puisse atteindre différents endroits de son bureau sans effort.

Ce que je décris là, c’est un peu la chaise de bureau traditionnelle, celle que l’on connait tous (peut-être la plus efficace d’ailleurs ?).

Maintenant, le domaine de l’ergonomie semble offrir davantage de choix, avec de nouveaux styles de chaises conçus pour promouvoir une bonne posture. Les voici en détail.

1) Les chaises ergonomiques assis genoux

siège assis genoux

La chaise à genoux est une chaise de bureau qui n’a pas de dossier et qui place l’utilisateur dans une position agenouillée :

  • La conception encourage une bonne posture en faisant glisser les hanches vers l’avant et en alignant le dos, les épaules et le cou.
  • Le support principal provient du siège de la chaise, avec un support supplémentaire provenant des tibias.
  • Ce type de chaise ergonomique répartit le poids entre le bassin et les genoux, ce qui réduit la compression de la colonne vertébrale et donc le stress et la tension dans les muscles du bas du dos et des jambes.
  • Cette chaise ergonomique est dotée d’un siège incliné vers l’avant qui permet une position plus naturelle pour la colonne vertébrale.

Le résultat est une chaise de bureau qui permet de s’asseoir dans la bonne position confortable et sans effort.

Néanmoins, je trouve que ce genre d’assis manque d’un support pour le bas du dos. En outre, elle n’est pas toujours réglable en hauteur, et je vois mal comment elle peut s’adapter au bureau et à la position du moniteur en ce cas.

Si vous optez pour ce genre de chaise, assurez-vous qu’elle permette un réglage en hauteur, et utilisez-la en alternance avec une chaise de bureau plus classique.

2) Chaise ergonomique assis debout

Sale
Amoiu Tabouret Assis Debout Ergonomique, Chaise de Selle...
4 Reviews
Amoiu Tabouret Assis Debout Ergonomique, Chaise de Selle...
  • Conception: La forme en selle rend ce tabouret non seulement esthétique mais pratique à utiliser...
  • Haute qualité: L'étui imperméable bien sélectionné, le vérin durable et le support robuste...
  • Ergonomie: La posture de 135 degrés entre le torse et deux jambes peut aider à détendre la...

Le fauteuil assis debout est une autre chaise ergonomique qui peut être utilisée comme chaise de bureau.

Ce type de chaise de bureau a la forme d’une selle de cheval et place l’utilisateur dans une position entre assise et debout, semblable à la position utilisée pour monter à cheval.

Cela permet aux jambes de tomber naturellement et de s’élargir, créant ainsi une position plutôt stable.

Ces chaises ergonomiques sont réglables en hauteur pour s’adapter aux différents utilisateurs.

La conception vise à éliminer certains des problèmes typiques d’un fauteuil de bureau traditionnel, tels que les problèmes de circulation sanguine et le fait d’être penché vers l’avant.

Ici encore, je ne vois pas réellement de soutien dorsal et je ne pense pas qu’il s’agisse d’une bonne solution pour une assise prolongée. Mon conseil reste le même que pour le cas précédent, vous pouvez essayer, mais assurez-vous d’alterner entre-deux-trois chaises différentes. À vrai dire je ne crois pas trop à cette position que je qualifierais de “le cul entre deux chaises”. Mieux vaut selon moi trancher et travailler debout ou assis.

3) Chaise de bureau Swiss Ball : la fausse bonne idée ?

chaise ballon

Une grosse boule remplie d’air pourrait elle être la clé des tous les problèmes ? Depuis quelques années, le Swiss Ball est passé des salles de gym aux espaces de travail et de nombreux employés ont jeté leur dévolu dessus.

Sauf qu’en 2006, des chercheurs de l’Université de Waterloo ont demandé à des bénévoles de s’asseoir pendant 30 minutes sur un ballon d’exercice et un tabouret en bois. De nombreuses positions du corps et de la colonne vertébrale ont été examinées, ainsi que plus de 14 mouvements musculaires différents et la répartition de la pression sur les fesses.

Résultats des courses : aucune différence dans l’activation musculaire entre le ballon et les tabourets n’a été enregistrée, et les chercheurs ont conclu que le ballon n’avait aucun effet sur “l’activation musculaire, la posture de la colonne vertébrale, les charges sur la colonne vertébrale ou la stabilité globale de la colonne vertébrale” des volontaires.

Au-delà de ça, les bénévoles se sont plaints d’inconfort dans le bas du dos après s’être assis sur le ballon.

Les chercheurs pensent que c’est à cause du grand nombre de points de contact entre les fesses et la surface du ballon, qui entraînerait une compression inconfortable des tissus mous.

Voici les autres points critiquables de ce genre de chaises :

  • Fatigue musculaire : ils sont efficaces comme équipement d’exercice parce qu’ils fournissent une surface instable qui exige constamment que vos muscles travaillent pour vous empêcher de tomber et vous maintenir en position. S’ils peuvent être bénéfiques sur de courtes périodes de temps, peu de gens ont en réalité la force nécessaire pour maintenir cette activité pendant une journée de travail complète. Les personnes qui utilisent ces ballons comme chaises risquent de compenser la fatigue musculaire en plaçant leurs pieds sous le ballon pour le maintenir stable, ce qui va à l’encontre de l’objectif même du ballon !
  • Manque de soutien : l’utilisation prolongée d’une swiss ball n’affecte pas de façon significative l’amplitude de l’activation musculaire, la posture de la colonne vertébrale, les charges sur la colonne vertébrale ou la stabilité globale de la colonne et augmente en fait l’inconfort, ce qui est soutenu par la recherche comme nous venons de le voir.
  • Risques d’accident: monter et descendre du ballon peut augmenter le risque de blessures ou d’accidents dus à l’instabilité.
  • Enfin, les ballons ne sont pas ajustables et manquent d’un support dorsal adéquat. Comme la plupart des sociétés mettent à disposition des bureaux à hauteur fixe, il est peu probable qu’un ballon soit à la bonne hauteur pour que la personne atteigne et maintienne une bonne position de la tête, du cou et des bras tout en travaillant.

Le bureau debout, vraiment idéal ?

Le fait de travailler debout est de plus en plus populaire dans les bureaux.

Avant de vous lancer tête baissée dans cette solution, sachez que les premiers temps peuvent être difficiles, à mesure que le corps s’ajuste.

Vous allez peut-être ensuite vous sentir davantage proactif, en meilleure santé et peut-être même perdre quelques kilos en résultante de l’équilibre constant que cela demande.

Ceci étant dit, la position debout prolongée n’est pas non plus bonne à prendre, ce n’est qu’une forme différente de stagnation par rapport à la position assise après tout, avec les effets secondaires qui lui sont propres.

Travailler debout :

  • est plus fatigant
  • augmente les risques d’athérosclérose carotidienne en raison de la charge supplémentaire sur le système circulatoire
  • augmente également les risques de varices

Si vous aimez vraiment travailler debout et que cela vous correspond plus, pourquoi pas. Mais dans ce cas, la clé est d’intégrer une variété du mouvement dans la journée. Travaillez un temps debout, un temps assis, alternez et faites des micros breaks.

Chaise ergonomique : alors, on investit ou pas ?

Une bonne chaise est toujours un bon investissement sur le long terme, surtout si vous bossez de chez vous, en direct de votre chaise de cuisine avec un coussin ou deux dessus…pas terrible.

Il faut quoi qu’il en soit toujours commencer par palier aux fautes les plus graves d’ergonomie que sont :

  • de ne pas faire de pauses
  • d’avoir un moniteur qui est placé trop haut
  • de tenir le téléphone entre l’épaule et l’oreille pendant que l’on travaille

Ensuite, c’est simplement de vous rappeler qu’aucune position prolongée n’est bonne pour le corps humain, que ce soit assis ou debout. Aucune chaise ne peut pallier à cela, car la seule solution réside dans le fait de se lever, d’aller faire un tour, de solliciter les muscles engourdis et de les étirer.

Le reste, c’est du confort et la chaise ergonomique reste sans doute un de vos tout meilleurs alliés, elle doit vous permettre un ajustement idéal pour rentrer dans les standards d’ergonomie du poste de travail.